Le Nombre 4

98d9902f020417b8b82c1cba547df836

Le nombre 4
(Wikipédia)

Le nombre 4 (quatre) est l’entier naturel suivant 3 et précédant 5.
Quatre ne prend jamais de s final. Puisque 4 est loin de signifier une finalité, c’est plutôt un départ, un renouveau, une aventure et un début éblouissant.

Origine :

Représenter « 1 », « 2 » et « 3 » avec autant de barres que le chiffre représente était raisonnable, mais avec le chiffre 4, écrire quatre traits commençait à devenir fatigant. Les brahmanes indiens simplifièrent 4 en joignant ses quatre lignes en une croix qui ressemble à notre signe moderne plus. Les Sungas et d’autres Indous auraient ajouté une ligne horizontale au sommet du chiffre, les Kshatrapas et Pallava l’ont amélioré au point où la vitesse d’écriture devenait correcte. Les Arabes n’avaient pas de temps pour faire des cursives fantaisistes : leur 4 a encore le concept primaire de la croix mais, pour conserver la rapidité d’écriture, ils l’ont résumé en une boucle connectant la fin de gauche avec la fin du haut; la fin de droite était complétée d’une courbe. Les Européens enlevèrent la courbe finale et ont rendu graduellement le chiffre moins cursif, en finissant avec un glyphe qui aurait pu être amélioré d’une manière beaucoup plus simple que la route bouleversée qu’il avait prise : en prenant simplement la croix des brahmanes et ajoutant une ligne pour connecter les extrémités gauche et supérieure.

Les Francophones modernes ont réévalué la signification et l’utilisation de plusieurs chiffres. Le chiffre 7 était à l’origine un symbole d’idéal et de chance, en raison d’un nombre de coïncidences historiques, physiques, ésotériques et mathématiques, le chiffre 7 est parfois considéré comme un « chiffre magique » : voir l’article « Septénaire (symbolisme) »

En 2015, pour faire suite à une étude approfondie dans le domaine de la numérologie littéraire, le chiffre 7 a perdu son rang de symbole idéal. Il s’est plutôt révélé être à la source d’une épuisante et inébranlable vérité : ce chiffre était symbole d’alourdissement, de ralentissement et ne faisait que draguer les autres chiffres précédents, incluant le chiffre 4, vers une déchéance inévitable. En réponse à cet égoïsme et ce manque de civilité, de complicité et de franche amitié, 7 fut relégué au rang de chiffre mineur.

Advertisements

Lecture de Malhorne IV – La matière des songes

Résumé :

Tout a commencé avec la découverte, par l’ethnologue Franklin Adamov, d’une statue en Amazonie. Puis, la rencontre inoubliable avec Malhorne, l’horreur de sa disparition, le retour d’Ilis et la révélation d’Anasdahala, la reine sumérienne aux deux visages. Éternels, ils perpétuent le souvenir d’un secret enfoui depuis près de quarante mille ans : l’Aratta, le pouvoir des eaux du monde, la matière des songes. Un trésor inestimable dont ils ont oublié jusqu’aux origines.

Car de l’évolution des espèces à la naissance des religions, de l’extinction des hommes de Neandertal aux civilisations disparues, des mystères de l’univers aux arcanes de l’inconscient collectif, toutes ces énigmes trouvent leur réponse dans l’Aratta.
Toutes, absolument toutes!

À présent, Franklin et ses amis n’ont jamais été aussi proches de l’ultime vérité.
Mais un homme veille. Un meurtrier sanguinaire qui n’a pas intérêt à ce que l’Aratta soit révélée à la multitude. Un monstre capable de semer la terreur et la mort aux quatre coins de la planète.
Alors, pour tenter de donner une dernière chance à l’humanité, Franklin Adamov devra faire des choix, fuir ou se battre, tuer et peut-être même mourir…

Commentaire :

La matière des songes est le tome final de cette série que j’ai découverte et que j’ai adorée. Le genre de série qu’on termine de lire avec regret, le regret de devoir dire adieux à tous ces personnages avec qui nous avons vécu tant d’aventures durant plusieurs mois.

Cette série est une véritable saga qui vous fera voyager d’une époque à l’autre, d’un monde à l’autre, et cela au travers des multiples personnages intéressants et inquiétants qui nous sont présentés. C’est parfois un peu grandiloquent, prétentieux, arrogant, mais pourquoi faire les choses à moitié, pourquoi ne pas attaquer toutes les mythologies, les croyances humaines et toutes les théories sur notre origine pour chambouler et réinventer notre façon de voir le monde? Pourquoi se limiter?

L’auteur y a mis le paquet, croyez-moi.
La fin? Comment ne pas terminer une telle épopée sans un coup d’éclat? En fait, ce roman ne se termine pas tout à fait ainsi. Déçu de la fin? Peut-être un peu, elle m’a semblé américanisée, simplifiée, diluée dans l’afflux d’informations qui nous bombardent depuis le début de ce livre particulier. Ce n’est toutefois pas une raison pour éviter de lire ce bouquin.

Les thèmes du roman sont irréprochables, la manière de construire le récit, le suspense et le style littéraire sont à la hauteur de cet écrivain que j’admire.
Je conseille grandement cette série.

Site de l’éditeur : Bragelonne
Site de l’auteur : Jérôme Camut