Lecture de Skintrade de George R.R Martin.

Résumé :

Il fut un temps où cette ville était au centre du monde. Un temps où sa puissance se nourrissait du sang et du fer. Mais aujourd’hui elle n’est plus que rouille et elle attend la ruine. C’est un territoire parfait pour Willie Flambeaux et Randi Wade. Lui est agent de recouvrement, elle, détective. Mais lorsqu’une série de meurtres particulièrement atroces ensanglante cette ville qu’ils croyaient si bien connaitre, ce n’est plus dans le labyrinthe des rues qu’ils auront à mener l’enquête, mais dans les recoins les plus sombres de leurs propres passés. Là où se cachent leurs plus grandes peurs.

 Ce que j’en pense :

Je vais faire une déclaration-choc : je n’ai jamais visionné le moindre épisode du trône de fer. Il faut avouer que les bandes-annonces entrevues, les commentaires et critiques lues sont pour la plupart élogieuses. C’est aussi mon premier George R.R Martin. Il y a un début à tout, non?

Skintrade est un court roman. Une histoire qui se veut un mélange de fantaisie et de policier, de fantastique. On y retrouve une détective privée qui accepte une affaire douteuse d’un copain assez louche lui-même. Cette nouvelle affaire dont elle hérite, bien malgré elle, fera ressurgir des éléments presque oubliés de son passé. Le personnage féminin principal n’échappe aucunement à l’éternelle rengaine de la détective privée qui refuse de vendre son intégrité pour devenir policière, qui préfère broyer du noir dans la solitude de son état mental douteux.

Son père, bien des années auparavant, fut tué en service. Elle ne s’en est jamais remise.

C’est une histoire bourrée de cliché, où on nous révèle trop rapidement l’identité de cette chose énigmatique qui tue les gens. L’effet est celui d’un ballon qu’on dégonfle, toute intensité et curiosité s’en trouvent ainsi réduite.

Vraiment pas ma meilleure lecture des derniers mois. La fin est abrupte, donne l’impression de laisser trop de choses en suspens, à moins que cela soit le but énigmatique de l’auteur. Je me permettrais alors de demander pourquoi ?

J’ai toutefois aimé parcourir le dossier Martin qui vient avec le texte, ce qui nous permet de mieux faire la connaisse de l’écrivain et de son parcours littéraire.

Je lui donne une note de 6.5/10 et cela m’attriste, en particulier lorsque je dois le faire pour un écrivain de sa trempe.

Site de l’éditeur francophone

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s