Lecture de Naissance — Le recueil — Aux Éditions Cyngen.

Naissance - Le recueil

Nous avons ici droit à un recueil illustré de quatre images et comprenant 8 nouvelles dans les genres suivants : Anticipation – science-fiction – épouvante/horreur et thriller.

Le livre est uniquement offert en version numérique.

Mes commentaires sur le recueil :

Je me tape une autre anthologie de nouvelle, pas mal pour un lecteur qui n’aimait pas ce genre quelques mois plus tôt, mais qui commence à y prendre goût. J’en suis à quoi, ma troisième critique du genre?

L’anthologie est très bien illustrée, les quatre images sont en couleur et la couverture est intrigante, elle éveille notre curiosité.

Le sujet du recueil est la naissance et je peux vous assurer que ce thème est très bien exploité, les textes choisis s’y rapportent tous d’une façon ou d’une autre. Si vous avez le cœur sensible et que la dernière chose qui vous intéresse est d’assister à une suite d’accouchements sanglants, soyez rassuré, ce n’est pas un bouquin de néonatologie. Mais sachez qu’il faut quand même un peu de sang pour rendre les choses intéressantes…

Voilà, j’ai passé un bon moment de lecture avec ce recueil, découvrant une panoplie d’auteurs que je ne connaissais pas et que j’espère lire à nouveau.

Le sang des inférieurs d’Anne Feugnet :

Une longue nouvelle littéraire bien écrite, qui nous rappelle parfois certains films, certaines autres histoires déjà lues. Mais on ne réinvente pas la roue et les écrivains ne sont pas exempts de cette règle primordiale. Le récit se déroule dans un monde ravagé où les rares survivants tentent de rebâtir un semblant de société, basé sur le modèle de l’Ancien Monde.

Naître est un acte imposé, un état qu’on subit ici sans questionnements. Et si la naissance n’était pas le commencement? Critique social et un reflet de ce qu’est notre société, cette nouvelle prend tout son sens avec les manchettes de l’actualité sur les tromperies de nos dirigeants. C’est un bon texte.

Lucy de Gaëlle Dupille :

Gaëlle est la seule écrivaine du groupe que je connaissais déjà. Comme toujours, elle nous guide gentiment au cœur de son univers, disons quelque peu démoniaque? Avec son talent indéniable, nous vivons une aventure littéraire inoubliable. La narration du point de vue du fœtus, quelque chose de risqué est ici bien réussi. L’auteure s’amuse avec les noms des personnages, nous donnant des indices sans vraiment le faire. Le texte est bien écrit, d’une fluidité qui nous accroche dès les premiers mots.

C’est l’histoire d’un fœtus intelligent et particulier, tout juste avant la naissance. Cette chose baignant dans les jus créateurs détient le pouvoir de changer le futur, de remodeler l’humanité. On veut savoir comment et surtout, pourquoi.

La construction du récit m’a offert une grande surprise. Au début, le narrateur nous parle de trois symptômes affectant la population et nous en explique seulement deux. Le récit se poursuit et durant un moment, on oublie le troisième, qui nous revient en plein visage vers la fin de l’histoire. Je compare cela avec une pâtisserie mise de côté dans un garde-manger et qu’on retrouve, tout juste au moment où le besoin de sucre se fait sentir. Très bien joué.

Le sujet principal du récit aborde la naissance, le thème désiré dans l’anthologie, mais c’est bien plus que cela. Les sujets abordent et les rebondissements, les surprises se succèdent jusqu’au dernier mot.

L’enfer dans les yeux de Nicolas Saintier :

Dès le début de la lecture, on se retrouve avec une ambiance à la « Anne Rice », remplie de mystère, d’une certaine sensualité et des descriptions bien placées. Le personnage est bien décrit, son état d’âme nous est présenté avec franchise. Un bon travail psychologique nous permet de comprendre le gamin.

Vous retrouverez un jeune homme en marge d’une société à laquelle il ne semble pas appartenir. Solitaire et différent, il plongera au cœur des ténèbres avec le désir de se fondre dans son rêve, de finalement se trouver chez lui. Cela ressemble à un écrivain, non?

Vampire vous avez dit vampire?

On croit bien savoir où tout cela nous conduit, mais détrompez-vous, deux petites surprises à la fin vont venir ébranler vos certitudes.

Gynogenèse de Sélène Meynier

Un militaire qui représente un danger pour son unité en raison d’un contact rapproché avec une espèce autochtone est envoyé en exil. La créature l’a mordu, l’ayant contaminé. C’est au fil des jours, sous forme de brefs textes datés, que nous suivons le personnage.

C’est de la science-fiction, très bien écrite, le ton des deux narrateurs est très convainquant, l’agonie palpable. C’est le genre de naissance qu’aucun être ne devrait subir. Le processus qui conduira la chose hors du corps est très bien documenté, s’étend sur plusieurs pages.

Bon récit, bon dénouement.

Le jour où tu es née de Caroline Rochas

Un chercheur se retrouve coincé dans le bunker d’une université, là où il fait ses recherches. Mais il découvrira qu’il n’est pas le seul, une jeune femme s’est invitée et ils seront forcés de faire connaissance. Qui est-elle et que veut-elle vraiment?

Le texte m’a plut, puisque bien écrit et parce que notre curiosité est tout de suite piquée. Le thème de la naissance est ici doublement illustré, du moins si j’ai bien saisi. J’aurais aimé plus d’élaboration sur l’expérience en cours, sur son sujet, mais l’auteur à d’autres idées en tête.

Le projet Janus de Robin Maillard

Cette histoire est un récit de science-fiction en lettres majuscules. Un genre avec lequel j’ai toujours eu de la difficulté.

Que nous raconte l’auteur ? Une équipe de scientifiques prépare une expérience de téléportation tant attendue, qui ne se déroulera pas tout à fait comme prévu. Que s’est-il vraiment passé ?

C’est un texte qui plaira aux amateurs du genre, avec le vocabulaire et les idées de circonstances. L’auteur incorpore un mélange hétéroclite d’éléments (noms de gens et de villes, philosophies et la redoutable mathématique) au récit, le rendant sans contredit unique.

Le thème de la naissance est bien respecté. Une histoire intéressante à découvrir.

Alchimie humaine de François Cedelle

Tout commence par un libraire qui se fait voler un vieux livre, qui poursuit le criminel qui se débarrassera du volume, non sans en déchirer et garder quelques pages. Est-ce que cet incident pourrait avoir quelque chose à voir avec le tueur en série qui sévit dans la ville ? Peut-être bien.

Tout est en place pour un thriller policier, un roman d’action.

Le récit est bien structuré, l’action nous tient en haleine et les éléments imprévus se succèdent.

 La chose de Muriel Georges

Ce texte est court, mais très efficace. On découvre une jeune femme violée, aux prises avec un poupon indésirable qu’elle appellera la chose. Motivée par un désir de vengeance, elle se prépare à affronter son agresseur.

Le texte est sombre, la tragédie et la tristesse du personnage sont bien relayées par les descriptions et les émotions ressenties. On veut savoir, jusqu’au bout, ce qui va arriver. L’intensité psychologique culmine avec la rencontre planifiée, la fin pourrait vous surprendre.

Pour faire l’achat c’est ici :

Naissance – Le Recueil

Advertisements

2 réflexions sur “Lecture de Naissance — Le recueil — Aux Éditions Cyngen.

  1. A reblogué ceci sur Gaëlle Dupille and commented:
    Nouvelle critique du recueil « Naissance », paru en juillet dernier chez Cyngen Editions.
    Cette fois, c’est le romancier Québécois Sylvain Johnson qui nous donne son avis et semble notamment avoir beaucoup aimé ma nouvelle, « Lucy ».

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s