Les enfants de l’électronique

Les enfants de l'électronique

Je suis né dans les années 70 – ce qui veut dire que j’ai connu les téléviseurs avec seulement une dizaine de postes, sans télécommande et dont on devait ajuster les antennes pour bien capter les ondes.

Je n’ai pas grandi avec un cellulaire ou des consoles de jeux couteuses, on jouait dehors, dans la forêt. J’ai vu l’arrivée de l’Internet et des autres gadgets que les jeunes tiennent aujourd’hui pour acquis.

La semaine passée j’ai eu 40 ans. Eh oui, je vieillis et le monde autour de moi ne cesse de changer. Mais j’ai néanmoins réussi à m’adapter. Ne vous en faites pas, n’importe quel môme d’une dizaine d’années peut surement toujours me battre à n’importe quels jeux vidéo… ce sera toujours comme cela.

On m’a bien entendu débité toutes les conneries habituelles. Ne t’en fais pas, 40 ans c’est le nouveau 20 ans. La vie ne fait que commencer, tu es au sommet de ta forme sexuelle. Les cheveux gris, c’est la sagesse. Des conneries que j’ai maintes fois moi-même débitées à d’autres.

Le matin de mon anniversaire, un cadeau m’attendait sur ma table de nuit. Bien emballé et ne demandant qu’à être dévêtu. Excité, je me suis redressé dans le lit, j’ai pris l’objet que j’ai libéré des couches de papiers décoratifs.

Surprise, j’ai trouvé une tablette Android Samsung.

Au début, la joie. Je vais pouvoir écouter mes films, lire mes livres numériques, aller sur le web et tout le reste. C’est gentil, merci pour le présent. Mais la joie se dissipe rapidement. Je regarde le monde autour de moi, en commençant par la chambre, remplie de gadget que nous impose cette société de consommation. Tout est électronique, électrique, se branche ou se charge, se recharge.

Morose, je me rends à la salle de bain pour soulager une envie qui se fait de plus en plus pressante. Je me regarde ensuite dans le miroir, mes cheveux en bataille, une barbe de quelques jours.

Une démangeaison dans mon postérieur m’inquiète soudain. Qu’est-ce que cela peut bien être? Curieux, je baisse mon pantalon et explore cette zone secrète et parfois dangereuse qui me suit constamment.

Merde!

Mes doigts rencontrent quelque chose de froid et de dur entre mes fesses. Qu’est ce que c’est que cette connerie? Plus j’explore, plus j’enfonce mes doigts et en défiant toute logique, j’en extrais ce qui s’y trouve. Improbable découverte, j’ai retiré une pile « Energizer »

C’est le comble, j’ai des piles dans le cul. J’ai quarante ans et des piles dans l’anus?

Je retourne au lit, en oubliant de me nettoyer les mains. Je me gratte distraitement le membre ballottant entre mes cuisses à l’avant, destiné en partie à la reproduction et ne rencontre plus cette masse de peau, mais un câble lisse et mince. Un fil USB? À la place de mon pénis?

Je panique, je cours comme un fou d’une pièce à l’autre. Devant moi, sur les murs, se promènent deux points rouges, qui se déposent là où je regarde. Des lasers infrarouges? Venant de mes yeux?

Dans la pièce, c’est comme si ma nouvelle tablette, mon téléphone cellulaire, mon réveil matin, le téléviseur à écran plat, le lecteur numérique de livres et tous les autres objets électroniques se moquent de moi.

C’est à ce moment que j’ai compris… je suis un enfant de l’électronique.

Ma vie ne tient plus à un seul fil, mais à tout un amalgame de câbles entremêlés.

Je hurle à la mort… mais il est si facile de me faire taire d’une simple pression d’une touche.

La touche mute

Advertisements

2 réflexions sur “Les enfants de l’électronique

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s