Interview de Sarah Hubert-Marquez pour la Bataille des dix mots 2013.

La Bataille des dix mots
La Bataille des dix mots 2013

J’ai entendu parler de la Bataille des dix mots en 2011, la première année où elle s’est tenue. C’était suite à la publication d’une de mes nouvelles dans l’excellente revue « Freaks Corp. » On m’avait alors invité à participer et je me suis prêté au jeu, sans trop savoir dans quoi je mettais les pieds. Je dois dire qu’en tant qu’écrivain, le défi me plaisait et la formule me permettait d’explorer l’univers des textes plus courts que ce à quoi j’étais habitué. Pour être honnête, ce fut une expérience extraordinaire, un moyen amusant de créer des liens durables avec d’autres artistes et de me faire connaitre à l’étranger.

Aujourd’hui, la Bataille en est à sa troisième édition, elle gagne du succès et ne cesse d’attirer les participants.

L’évènement de cette année s’est tenu les 20 et 21 mars. Pour ceux qui n’ont pas eu l’occasion de participer, n’ayez crainte, vous avez moins d’un an pour vous préparer mentalement à la prochaine joute.

Pour nous parler de la Bataille, j’ai eu l’honneur et le privilège d’interviewer Sarah Hubert-Marquez, qui est entre autres présidente de l’association Sélénor.

visuel-dismoi10mots-2011
La Bataille des dix mots 2011

Voici comment fut présentée la Bataille de cette année sur le site web officiel :

Depuis 2011, la Bataille des 10 mots rassemble celles et ceux qui aiment jouer avec les mots et la langue française. Basé sur les dix mots de l’année, définis dans le cadre de l’opération « Dis-Moi Dix Mots » à l’occasion de la Semaine de la langue française et de la Francophonie, le thème peut être traité sur tous les tons : poème, court récit ou nouvelle, photo, œuvre artistique ou digitale, performance, danse, musique, chant, vidéo…

La Bataille des 10 Mots est ouverte pendant seulement 24 heures, du 20 mars à 12 h au 21 mars 2013 à 11 h 59. C’est pendant cette période que les participants francophones (France, Suisse, Belgique, Québec…) peuvent poster leur contribution sur ce site et… entrer dans la bataille!

Les dix mots de l’année sont : ATELIER – BOUQUET – CACHET – COUP DE FOUDRE – ÉQUIPE – PROTÉGER – SAVOIR-FAIRE – UNIQUE – VIS-À-VIS – VOILÀ

Toutes les créations sont soumises à un jury de professionnels, qui sélectionne les meilleures œuvres dans chaque catégorie. Les votes du public comptent également.

images
L’association Sélénor

L’interview avec Sarah Hubert-Marquez

1. Veuillez d’abord vous présenter et nous dire quel est votre rôle dans la Bataille des 10 mots ?

Sarah Hubert-Marquez :

Je suis née le 14 juin 1982 à Roanne, une petite ville industrielle de province mélancolique à souhait! Je gambadais au milieu des vieilles cheminées d’usines en briques (heureusement aujourd’hui détruites), des tours d’immeubles (là aussi démolies pour la plupart) et du canal vaseux longeant la Loire (aujourd’hui réaménagé)…
La gamine un peu gauche que j’étais, se réfugiait dans les contes, les légendes et les épopées… peut-être le début de ma passion pour les mythologies et l’Histoire qui m’a poussée plus tard sur les bancs de la faculté pour approfondir le sujet? Curieuse de tout et touche-à-tout, j’ai de multiples activités; présidente depuis janvier 2009 de l’association Sélénor qui vise à promouvoir de jeunes talents dans tous les domaines artistiques, rédactrice culturelle pour un journal d’information locale sur Internet, depuis peu, bénévole dans une médiathèque communale et entrepreneur culturel en résidence en Auvergne…
Lors de la première édition de la Bataille des 10 mots, d’abord régionale, Sélénor était un partenaire actif de l’opération, à ce titre en tant que présidente de la structure, j’ai apporté mon aide pour trouver les membres du jury ou pour modérer le site pendant les 24 h de la bataille. Puis pour les deux éditions suivantes, l’association est restée partenaire et a souhaité s’engager encore davantage dans cet évènement… Voilà comment, je suis devenue opératrice principale de la Bataille des 10 mots. Mon rôle est vaste : coordonner, organiser, trouver des partenaires, recruter le jury, modérer le site, gérer la communication toujours en liens étroits avec la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bourgogne. (DRAC)

2. D’où sont nés ce concept et cette idée d’une bataille en ligne qui réunit des artistes de tous les horizons?

Sarah Hubert-Marquez :

L’idée est née le samedi 23 octobre 2010 exactement, lors de l’ArtCamp qui s’est déroulé à « La Vapeur », un lieu culturel incontournable de la ville de Dijon (concerts, expositions, projections, actions culturelles et artistiques) L’ArtCamp est un BarCamp thématique, consacré à l’art comme son nom l’indique! Il s’agit d’un modèle de non-conférence venu des États-Unis où ce sont les participants qui créent et animent des ateliers participatifs avec des débats ouverts sur les dernières innovations technologiques (applications Internet, logiciels libres, réseaux sociaux, etc.)
Lors de cette manifestation artistique, avec une responsable de la DRAC de Bourgogne et une professionnelle du développement web, de la communication digitale et du contenu numérique, on a assisté à une « Battle Graphik » qui se réalisait en direct et en interaction avec le public. Six graphistes devaient réaliser un œuvre sur le thème d’Halloween avec des éléments graphiques imposés par le public…
On a été toutes les trois immédiatement inspirées pour réunir nos compétences et créer ce type de performance artistique. Grâce à la Semaine de la langue française et de la Francophonie, nous avons trouvé le cadre idéal pour développer ce concept grâce aux dix mots imposés chaque année. C’est en mars 2011 que nous avons pu voir si le public nous suivrait… Et avec 80 contributions crées en 24 h, nous étions déjà convaincues. Après trois éditions, plus de 550 œuvres crées, plus de 30 000 visiteurs et 100 000 pages vues, nous sommes ravies de voir cette Bataille des 10 mots encore grandir avec plus de participants francophones de tous les âges et de toutes les nationalités partager ensemble leur amour de la langue française… Le tout dans un esprit convivial!

3. Comment le projet est-il supporté? Financièrement et techniquement?

Sarah Hubert-Marquez :

La Bataille des 10 mots est organisée par le Ministère de la Culture et de la Communication et est pilotée par la DRAC de Bourgogne dans le cadre de l’opération nationale de sensibilisation à la langue française et à la Francophonie « Dis-moi dix mots » mise en place par la DGLFLF (Délégation générale à la langue française et aux langues de France). Oui, je sais, on a des abréviations partout et pour tout! Un budget est alloué à la DRAC de Bourgogne, représentant le Ministère de la Culture et de la Communication dans la région, qui choisit des personnes compétentes, les fameux opérateurs, pour mener à bien avec elle cette grande performance artistique en ligne. À mes côtés, il y a donc aussi une administratrice professionnelle pour gérer le site de la Bataille des 10 mots… Et heureusement, sans elle, je serais perdue!

4. Parmi les participants, que ce soit les écrivains, peintres, photographes ou autres, avez-vous eu des surprises : des participants connus ou des gens un peu étranges – peut-être même des projets hors de l’ordinaire, des anecdotes dignes d’être partagées?

Sarah Hubert-Marquez :

En trois ans, oui, il y a eu quelques surprises, c’est le moins que l’on puisse dire! Je me souviens d’un commerçant qui avait fait sa publicité avec beaucoup d’humour en utilisant les dix mots de 2011, du coup de gueule virulent sous forme épistolaire d’une jeune fille à ses parents l’année dernière. J’aime aussi retrouver les fidèles de l’opération, les anciens lauréats, je pense aussi aux ateliers de la Sardine Éblouie qui sont d’une productivité et d’une inventivité incroyables… C’est un plaisir de revoir tout le monde lors de la remise des prix.
On a eu en effet des participants plus connus, nous en avons d’ailleurs parlé dans notre article « Que sont-ils devenus » (http://www.bataille-10-mots.fr/lactualite/455-que-sont-ils-devenus.html), mais peut-être parce que je les connais tous, personnellement, je suis plus touchée par les participants anonymes qui dévoilent une part de leur vie; les déclarations d’amour ou d’amitié, les confessions face à une maladie ou un deuil, ou les contributeurs qui luttent contre l’illettrisme et l’analphabétisme ou plus simplement par une création d’enfant… D’ailleurs cette année, grâce aux enfants, nous créons deux catégories jeunesse pour les récompenser! Je regrette juste qu’il n’y ait pas davantage de contributions humoristiques. Mais qui sait? Peut-être l’année prochaine…

5. Malgré la charte de la bataille bien détaillée, recevez-vous beaucoup de matériel inutilisable?

Sarah Hubert-Marquez :

Oui, chaque année, il y a environ une vingtaine de contributions que nous ne pouvons publier. Souvent à cause de la longueur des textes et plus rarement à cause du contenu, souvent des textes de qualité, mais soit trop violents, soit avec un caractère sexuel trop prononcé… Dans ce cas, nous écrivons aux contributeurs pour leur rappeler que la Bataille des 10 mots s’adresse à un large public dont des mineurs avec un lien vers l’article 5 de la Charte.
Cette année, c’est plus de 150 textes que nous avons dû refuser pour limiter le nombre de contributions des ateliers d’écriture surtout et gagner en qualité en les obligeant à sélectionner les meilleures contributions littéraires. Un atelier d’écriture ne peut plus poster une infinité de séries de textes, mais seulement trois séries de dix textes.

6. Que nous réserve le futur de la Bataille des 10 mots, dans les années à venir?

Sarah Hubert-Marquez :

La Bataille des 10 mots semble victime de son succès avec cette année les premiers cas de fraudes avérés pour pénaliser les contributions ayant le plus de votes du public ou carrément des commentaires malveillants sous celles-ci. De fait, nous avons déjà procédé à des modifications quant à la sélection des gagnants, mais l’année prochaine, le système des votes du public sera très encadré avec une obligation d’inscription pour voter et un nombre limite de votes sur une période définie. Les premiers changements concerneront donc la Charte de la Bataille des 10 mots et un renforcement de la sécurité du site.
Pour les années à venir, nous avons d’autres idées pour améliorer encore l’interactivité pendant ces 24 h avec le public… Reste à voir si techniquement nous pouvons les développer! Surprise!

7. Est-ce que le projet gagne en popularité hors de France et pouvez-vous nous donner une idée du pourcentage de participation dans les pays francophones?

Sarah Hubert-Marquez :

La Bataille des 10 mots dépasse largement les frontières et j’en suis ravie! L’année dernière environ 8 % des contributions venaient des pays francophones (hors France) et cette année c’est plus de 20 % avec des contributions venues d’Espagne, de la Belgique, de la Bulgarie, de la Roumanie, du Pakistan, de la Tunisie, du Maroc et bien sûr du Québec!

8.Un petit mot supplémentaire?

Vous pouvez jusqu’au vendredi 3 mai à minuit (heure française) découvrir toutes les contributions crées cette année sur le bloc-notes du site et voter pour vos favoris sur http://www.bataille-10-mots.fr/
Les lauréats du prix spécial du public et les gagnants des prix du jury, qui seuls seront publiés dans le livrel 2013, seront annoncés la semaine du 20 mai sur le site de la Bataille des 10 mots!
La Bataille des 10 mots continue…

Merci Beaucoup à Sarah d’avoir bien voulu se prêter au jeu…et d’avoir répondu à mes questions.

Vous pouvez consulter le livre numérique qui contient les gagnants des années précédentes ci-dessous:

Bataille_des_10_mots_2011_pdf

Bataille des 10 mots 2012 PDF

Liens utiles:

Site Officiel de la Bataille des dix Mots

L’association Sélénor

Advertisements

Une réflexion sur “Interview de Sarah Hubert-Marquez pour la Bataille des dix mots 2013.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s