Lecture « Les limbes des immortels » Dominic Bellavance

Les Limbes des Immortels

limbes_haute_resolution

Qu’est-ce que la série des Clowns vengeurs :

Les clowns vengeurs : une formidable série de science-fiction qui met en scène les Odi-menvatts, ordre secret de tueurs à gages, désignés sous le nom macabre de clowns vengeurs.

Pourchassés par le gouvernement légitime, assimilés à une faction rebelle à l’autorité gouvernementale, les clowns vengeurs exercent leur mission avec une rare dévotion, revêtant leurs sordides habits et leur terrifiant maquillage de clowns avant d’exécuter les victimes qui leur ont été désignées.

Une série à multiples mains, qui regroupe les plus talentueux auteurs issus de différents genres ( science-fiction, fantasy, etc..), qui prêtent, avec un plaisir communicatif, leur plume à ce grand projet, tout droit sorti de l’esprit de l’auteur d’Arielle Queen, de Soixante-Six et de Wendy Wagner…

Dominic Bellavance:

Auteur d’Alegracia, une saga fantasy et de Sintara et le Scarabée de Mechaeom, aux Six Brumes, de Toi et moi it`s complicated et de Roman-réalité, tous deux chez Coups de tête, Dominic Bellavance travaille en parallèle à différents projets, tout en étudiant à l’Université Laval. Les limbes des immortels est son premier ouvrage aux Éditions Porte-Bonheur.

Ce que l’éditeur en dit:

« La masse lumineuse avait pris une teinte bleutée, et dans les jets de lumière, semblables à des flammes, se dessinait maintenant une sorte de gueule, un gouffre abyssal, précédé de dents acérées, de crocs terrifiants. Olivia sentait la deuxième âme près d’elle, et dans son esprit, elle baptisa cette forme le « Dévoreur ».

Elle ne resta pas longtemps devant lui. Olivia et Tristo revinrent dans leurs corps intacts, au moment et à l’endroit habituels. Déjà, Tristo maîtrisait mieux ses sens ; au lieu de piquer une crise d’hystérie comme la fois précédente, il avança devant Olivia, faisant voler son imperméable, et lui tendit la main.

– Il faut que j’en reprenne chaque fois, pas vrai ?

Olivia s’étonna de sa soudaine assurance. Sans doute était-il déterminé à ne pas revivre sa mort – évènement fort perturbant – pour une troisième fois. »

Ce que j’en pense :

C’est le deuxième roman de Dominic que je lis – le premier étant « Roman-Réalité » paru aux éditions Coups de tête en 2011. J’avais bien aimé son style, son écriture et je savais que j’aurais l’occasion de lire à nouveau de ses romans dans un futur rapproché. J’avais bien raison.

J’ai adoré les tomes précédents de la série des clowns vengeurs – je suis donc un adepte inconditionnel, mais je suis aussi difficile à satisfaire, abandonner des livres en pleine lecture n’est pas inhabituel dans mon cas. Je m’ennuie rapidement.

Ce ne fut pas le cas de ce roman. Je l’ai lu rapidement : il est court, mais aussi facile à lire et on plonge dans une aventure extraordinaire.

Dès le début, les deux personnages qui seront les protagonistes centraux du récit nous sont présentés avec substance – des clowns vengeurs en pleine mission qui tourne mal. Les évènements se précipiteront par la suite, nous préparant pour ce qui s’en vient. On voyage dans le temps, fait un saut d’une dizaine d’années. En quelques pages seulement, l’auteur nous a permis de découvrir ses personnages, mais il pose aussi les bases de la deuxième partie du roman. Une base solide.

Dans ce roman, l’aspect scientifique et spirituel prend une certaine place. Je crois que les idées développées par l’auteur sont audacieuses et très bien mises en place. Il nous présente des éléments comme celui du clown vengeur indépendant et parvient à nous y faire croire, nous présenter cette profession avec ce qu’elle implique et demande. Le rôle des femelles, moins évidents dans certains des autres récits de la collection, est ici sans équivoque, malgré que le personnage principal soit une femme. Elle s’en sort bien dans un monde d’homme.

Les descriptions sont aussi très réussies. L’auteur a vraiment une belle plume.

Dominic semble très à l’aise avec la science-fiction – sa terminologie et le réalisme des actions dans l’univers de cette période nous satisfont. Il est très bon pour expliquer les choses, sans avoir l’air de le faire.

Je n’ai trouvé aucune longueur dans le texte, qui se lit très bien.

À la page 43 – l’actualité des dernières semaines dans le monde réel fait un petit détour dans le monde des clowns vengeurs. On y parle d’une fusillade dans une école (la fusillade au Connecticut qui a fait de nombreux morts, des enfants dans une école primaire) et de patrouilles armées dans les institutions d’enseignements pour éviter le problème. C’est étrangement près de ce que nous vivons – et nous rappelle que les écrivains explorent le monde qui les entourent, la folie humaine et notre société. La limite entre la réalité et ce qui est pondu par l’imagination des auteurs est parfois très difficile à déterminer.

Dès les premières démonstrations scientifiques dans le récit, j’ai retenu mon souffle. Je n’aime pas les histoires remplies d’explications élaborées pour nous faire comprendre les enjeux dont il est question. J’ai un court instant eu peur que ce soit une de ces histoires complexes de dimensions parallèles ou de phénomène incompréhensible. Croyez-moi, je n’ai jamais réussi mes cours de physique ou de chimie au secondaire, alors la science et moi, on ne fait pas une très belle équipe. Mais en fait, malgré la complexité apparente de la découverte scientifique au cœur du récit, on embarque et on comprend. Les implications du produit en question sont fascinantes, nous entraînant vers des thèmes sombres et qui ont fasciné les humains depuis toujours. L’immortalité. La possibilité d’une âme humaine. La quête spirituelle. Notre croyance la plus profonde. La mort et la résurrection.

Le seul et unique problème que j’ai avec ce roman, c’est qu’il finit trop tôt. Je ne m’attendais pas à le voir se terminer, ayant perdu le compte des pages et plongé dans une lecture attentive. Et à cause de Dominic Bellavance, je vais donc devoir patienter des semaines, des mois afin de savoir ce qui arrive aux héros, de savoir comment ils s’en sortiront.

Une surprise nous attend aussi à la fin du livre, la présentation du nouveau tome de la série des clowns vengeurs, de Mathieu Fortin, un auteur que j’aime bien.

Un autre succès pour une série particulière, de la plume d’auteurs de talent.

J’ai adoré et vais surement le mettre dans ma liste à « relire ».

Liens utiles :

Les Éditions Porte-Bonheur

Le site de Dominic Bellavance

Les librairies indépendantes pour se procurer le livre

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s