Les Lecteurs de romans « Noir/Horreur/Policier »

dddadferfgergergre

Si vous passez beaucoup de temps sur Facebook et que vous aimez la lecture, il existe à mon avis un groupe idéal pour vous ! Je parle bien entendu du groupe « Les lecteurs de romans – Noir/Horreur/Policier ». J’apprécie personnellement ce groupe en tant que lecteur, mais aussi en tant qu’auteur. J’y trouve des suggestions de lectures, des critiques, je peux y lire des commentaires, échanger sur divers sujets reliés à la littérature. Cela me permet aussi de lire ce qu’on pense de mes romans. Mais c’est plus que cela, c’est une véritable famille unie, sans drame, avec un intérêt commun et une passion contagieuse. Une belle gang qui m’inspire beaucoup.

J’ai trouvé cette page tellement pertinente, que j’ai voulu vous la présenter. Il faut dire que plusieurs auteurs en font aussi partie, ce qui peut souvent emmener des discussions intéressantes. Imaginez plusieurs milliers de personnes qui font incessamment la promotion de nos écrits québécois, sans malice, avec passion et amitié. C’est un rêve pour tout éditeur, écrivain et lecteur assidu.

Bien entendu, tout cela serait impossible sans l’extraordinaire Isabelle Rancourt qui est la fondatrice de ce groupe. Je lui ai donc posé des questions, pour mieux comprendre comment un tel groupe s’est formé et parvient à maintenir l’intérêt des membres.

72684883_766134963810105_9190662536591048704_n

Isabelle Rancourt

Q : Bonjour Isabelle. Vous êtes la fondatrice du groupe Facebook « Les lecteurs de romans Noir/Horreur/Policier ». Comment vous est venue l’idée ?

R :   L’idée m’est venue alors que moi-même, qui ne lit que ce genre de livres, ne trouvais plus d’idée pour mes prochaines lectures. Je suis allé chez un libraire et même le commis n’arrivait pas à me donner des suggestions. Un homme est venu me voir, un client qui m’a dit être enseignant en littérature et il m’a donné plein de titres de romans du genre. J’ai tout acheté de peur de ne plus avoir la chance de recevoir d’aussi pertinentes suggestions !!! Ce jour-là, je me suis dit que j’allais créer ce groupe et que ça allait peut-être m’aider !

Q :   Avec presque 1600 membres, êtes-vous surprise du succès ?

R :    Oui, on est extrêmement surpris du succès !!!! Personnellement, je m’attendais à une petite gang d’amies, une vingtaine genre !!! Je suis agréablement surprise !!!!

Q :    Plusieurs membres sont écrivains (dont moi). Cette interaction entre auteurs et lecteurs s’avère à mon avis indispensable et tellement intéressante. Était-ce votre objectif ?

R :    Absolument pas !!!! Jamais je n’aurais cru voir des auteurs en si grand nombre et si disponibles !!! On est extrêmement flattée !!! Les membres ADORENT que leurs auteurs prennent part aux discussions !!!

Q :    Quel est l’avenir du groupe ? Des projets ?

R :     L’avenir du groupe…. Ça bouge TELLEMENT vite !!! J’aimerais toujours plus de concours, on en a eu quelques-uns et les membres aiment vraiment ça !! Cette semaine on a créé aussi un album pour les ados/enfants et j’ai été vraiment surprise de la réaction des membres! Beaucoup de remerciements en privé, c’est l’fun de voir que les idées sont bien reçues comme ça !!!

Q :    On dirait qu’une certaine amitié a pris naissance entre les membres, cela vous surprend ?

R :     Oui !!! C’est tellement beau !!! Les gens sont proches et unis, tellement une belle gang !! Aucune chicane, pas de gens impolis ! On a aussi une super chimie dans l’équipe d’admin et modérateur. C’est vraiment super, car à la base, je ne connaissais aucun de ces gens-là !! Ils sont devenus d’excellents amis 😊

Q :     Des auteurs qui ne sont pas membres et que vous aimeriez voir joindre la communauté ?

R :     Oui quelques-uns qui sont bien connus et critiqués sur le groupe tel que Martin Michaud, Patrick Sénecal, Yvan Godbout, LP Sicard, Karine Giebel, Maxime Chattam, R J Ellory et qui sait, peut-être même Stéphane Bourgoin que j’admire énormément !! Évidemment Stephen King, on peut toujours rêver !!!

Q :     Combien de temps par jour passez-vous sur le groupe à faire votre « travail » d’administrateur ?

R :     .. beaucoup d’heure !!! Je veux que ça bouge, alors si ce n’est pas le cas avec mon équipe on essaie de trouver des idées pour qu’il y ait toujours de l’interaction. Je dirais en moyenne un bon 4h par jours assurément ! Heureusement que j’ai ma belle gang qui m’aide, car on a tous des travails et une vie en arrière de tout ça, et qu’on fait ça par pur plaisir personnel !!

 Q :     Comment as-tu choisi les membres de ton équipe d’admin?

R :      Depuis que j’ai ouvert le groupe, je « spottais » les membres actifs, polis et avec une passion aussi forte que la mienne! Je voulais aussi donner la chance à des personnes qui n’ont jamais géré un groupe de le faire. J’ai choisi Dave et Seb, ils sont comme mes bras droits! Avec le temps et les membres qui augmentaient vite, j’ai ajouté Andra, ainsi que Mélanie et Alex puis finalement Valérie. Je continue de « spotter », car ça augmente vite !!! (Environ 100 membres par semaine!) Nous sommes une super équipe !


Pour la sortie de cet article, voici un petit concours. Pour participer, il suffit d’être membre du groupe « Les lecteurs de romans « Noir/Horreur/Policier » » ou le devenir.

Cliquez ici pour visiter la page facebook !

Là, vous trouverez ma publication et il suffit de laisser un commentaire pour indiquer lequel de mes romans vous voudriez gagner !

Un gros merci à toute l’équipe de « Les lecteurs de romans Noir/Horreur/Policier. Pour ma part, je ne pourrais plus imaginer Facebook sans vous !

Bonne journée.

C’est quoi « Un dieu parmi les hommes » ?

C1 finale- Un dieu parmi les hommes 2-1

Mon nouveau roman qui sera publié aux Éditions ADA en février s’intitule « Un dieu parmi les hommes ». Les amateurs de science-fiction et de récits de superhéros pourront facilement replacer cette phrase dans son contexte original. Un récit fantastique d’un certain personnage qui vole, qui est capable de brûler des choses avec ses yeux et qui porte de beaux collants moulants. On connaît tous cette histoire, en particulier parce que le cinéma s’amuse à refaire ces films avec de nouveaux acteurs tous les 4-5 ans.

Je réponds à quelques questions :

  • Mon roman n’est pas encore sorti, comment se fait-il qu’il y ait déjà des critiques à son sujet ?

Un dieu parmi les hommes fut brièvement publié en version numérique chez un éditeur français qui a fermé ses portes depuis. Avec sa reprise chez ADA, nous aurons droit à un contenu amélioré, plus sombre, disponible en papier et dans toutes les bonnes librairies.

  • D’où m’est venue l’idée de ce roman ?

Premièrement, je suis un gros fan de ce superhéros. L’idée a vu le jour en 2014, à la sortie du dernier film de la série. « Man of steel ». Dès la fin de la projection, une idée germait et s’imposait à mon esprit torturé. L’action devait se dérouler au Québec, dans un contexte rural. Ensuite venait la question la plus importante concernant cette histoire : vous voyez, dans les films, il se fait toujours sauver par des parents adoptifs gentils et doux, généreux et pleins de belles valeurs humaines et morales. Ce qui forme le caractère du gamin et en fait un superhéros aimé de tous. Je me suis demandé : et si ce petit bébé venu de l’espace se retrouvait dans une famille de fou ? Dans un couple dysfonctionnel ? Que se passerait-il ?

Ce roman n’est pas l’histoire classique du superhéros qui va plus vite qu’un train et passe son temps à se changer dans les cabines téléphoniques. Mon histoire est plus compliquée, plus sombre. On plonge dans la nature humaine, dans l’impact de notre environnement sur notre destinée, sur les choix que nous ferons plus tard dans la vie. Et que dire de notre héritage génétique ?

Bien voilà, j’espère vous avoir donné le goût de découvrir mon roman, mon petit dernier dont je suis très fier.

Il est en précommande et devrait sortir au début février. C’est ici pour en faire l’achat !

Voici un résumé du roman :

« Un objet non identifié s’écrase dans la campagne mauricienne. Un couple dysfonctionnel récupère un nouveau-né dans l’épave extraterrestre. Un enfant doté de pouvoirs surhumains. D’aussi grands pouvoirs impliquent de grandes responsabilités. Sauver le monde ? Faire le bien ? Ou n’être que le produit de son environnement ? Certaines légendes naissent pour contrer la noirceur, d’autres pour la répandre… »

Écriture à quatre mains pour 2020 ?

a1Un de mes rêves est d’écrire un roman avec un autre auteur. Écrire à quatre mains. Ce qui a ravivé ce désir est la lecture dernièrement du roman Ilya Kalinine du couple Camut et Hug. Suis-je le seul à tenter de deviner qui a écrit quoi ? À tenter de reconnaître l’influence d’un des coauteurs dans une scène, un paragraphe ou une idée ? Ce désir me vient à chaque nouvelle lecture d’une œuvre conçue par un duo d’écrivains. Une de ces choses qu’il me faudra un jour tenter, ne serait-ce que pour étancher ma curiosité.

Je peux vous donner quelques exemples de romans à deux auteurs :

Ces trois-là me sont venus à l’esprit. Je dois dire qu’ils ont tous réussi leur pari et pondu des œuvres de qualités. Cela me donne le goût de tenter l’aventure. Pour vous aider à mieux comprendre comment écrire un livre à deux, j’ajoute ici le podcast des charmantes Stéphanie et Whitney, qui répondront à cette question.

Vous avez une idée avec qui écrire un roman à quatre mains ?

Vos coups de coeurs de romans à deux auteurs ?

Le palais des nains de Montréal

3f8ea9b2-42ea-417e-a7c7-39b342366733_ORIGINAL

Lors de l’écriture du conte interdit « La petite sirène », je cherchais un endroit original pour y établir une partie de l’action. J’avais quelques idées en tête, une d’elles concernait une bande de nains assez particuliers. Je voulais un endroit mythique, avec des occupants farfelus et excentriques. C’est ainsi que j’ai fait une recherche sur « Google » avec les termes Montréal et nain. Sans trop d’espoir. Imaginez-vous ma surprise de découvrir l’existence dans la métropole d’un endroit comme le Palais des nains ! Je n’en avais jamais entendu parler et mes parents non plus. D’ailleurs, tous ceux à qui j’en parle (les Montréalais) ignorent tout au sujet de cette résidence. Comme si le souvenir du comte et de sa famille devait sombrer dans l’oubli. Peu importe, son existence venait parfaitement combler mes besoins. Heureusement, il existe des articles sur la résidence de la rue Rachel, dont la vacation à bien changé depuis. Ce que j’ai appris m’a sidérée, juste d’imaginer une telle attraction nous démontre à quel point les choses ont changé. Aujourd’hui, un tel endroit ne ferait pas long feu.

Évidemment, je me suis très librement inspiré du palais, et de ses occupants.

J’ajoute ici deux articles en français au sujet de cette attraction montréalaise. Ce sont de bons articles qui détaillent la résidence avec photographies à l’appui.

Et vous, connaissiez-vous le palais des nains de Montréal ?

Le palais des nains – le journal de Montréal

Le palais des nains – ville de Montréal

fb_img_1526576928456

 

 

 

La petite sirène de Sylvain Johnson

Ilya Kalinine de Camut et Hug

Jerome-CAMUT-et-Nathalie-HUG-W3-Ilya-Kalinine

Nous avons tous des écrivains fétiches. Dont nous lisons toutes les œuvres. C’est mon cas pour le couple Jérôme Camut et Nathalie Hug. Ils sont sans contredit mes auteurs français préférés. Quelque chose dans leur manière d’écrire, dans leurs histoires me fascinent et me captivent. Voilà, je ne suis pas un critique littéraire et dois admettre ne pas posséder le talent ou l’esprit analytique suffisant pour pondre une bonne critique potable. Je vais donc juste vous en parler un peu.

Ce roman en particulier m’a grandement touché. En raison d’un lien éloigné avec mon roman « Le monstre de Kiev » un lien très mince, qui se retrouve dans la géographie du texte, dans les destins tragiques des personnages, dans le contexte politique. En lisant, je ne pouvais m’empêcher de penser au goulag, à la misère humaine et cette force incroyable qui permet à l’humain de survivre les pires tragédies. Dans ma bulle de confort de citoyen de la classe moyenne, je fus secoué par une vérité connue, mais qu’on préfère mettre de côté : les gens de par le monde vivent des choses atroces, inhumaines. Et le pire, c’est que souvent, trop souvent, ce sont les femmes qui écopent.

Voici donc un résumé du roman :

On a raconté beaucoup de choses sur Ilya Kalinine. On a dit de lui que c’était un monstre, un assassin de la pire espèce qui tirait son plaisir de la souffrance de ses victimes. On a dit aussi qu’un seul homme ne pouvait pas avoir tué autant de gens et qu’il devait s’agir d’une légende derrière laquelle se cachait une organisation criminelle.

D’autres ont prétendu qu’il n’existait pas. C’était de loin le plus simple, on raye le problème d’un trait de crayon et on passe à autre chose.

Et pourtant, Ilya Kalinine a existé.

Depuis cet endroit et ce jour où j’écris ces lignes, je suis sans doute la dernière à pouvoir raconter son histoire. Je m’appelle Véra et je suis la mère d’Ilya Kalinine. Il est le fruit de notre époque. Il en a la dureté.

Je l’ai élevé, je l’ai aimé, il m’a aimé en retour.  Les monstres n’aiment pas, je peux vous le dire.

Ou alors, nous sommes tous des monstres.


 

Voilà, libre à vous de découvrir ces auteurs et leurs multiples romans. Pour ma part, je vais continuer à suivre leur carrière.

Vous pouvez consulter leurs biographies ici

Jérôme Camut

Nathalie Hug

Et découvrir le roman en cliquant ici : Ilya Kalinine

Mon petit bilan de l’année 2019

Bien voilà, j’ai finalement cédé et décidé de faire mon bilan. Ce sera assez court, croyez-moi. En 2019, j’ai été présent à deux Salons du livre, Québec en avril et Montréal en novembre. Ce fut des salons incroyables, j’y ai fait des rencontres exceptionnelles et inoubliables. Revu des collègues talentueux et découverts de nouveaux écrivains.

Pour ce qui est de mes sorties, il y a eu « La perle scandinave » au début de l’année et « Sang de cochon » en août, mon premier roman policier. Deux livres dont je suis très fier et il me faut souligner le travail remarquable de toute l’équipe chez ADA. Et tous ceux qui ont travaillé sur ces projets.

Que me réserve 2020 ?

Si Donald Trump ne cause pas une apocalypse nucléaire, j’ai deux autres romans qui sortiront au cours de l’année. Mon premier sera de la science-fiction, tandis que mon deuxième… une surprise.

Un de mes romans sera aussi disponible en livre audio ! Bien hâte d’entendre cela !

Je travaille aussi sur deux projets de nouvelles littéraires qui feront partie d’anthologies en France.

Quoi d’autre ? L’écriture, encore et toujours.

Une dernière chose : N’hésitez pas à offrir votre support à notre ami Yvan Godbout dans son combat. Nous sommes tous concernés.

https://www.paypal.com/paypalme2/soutenonsYvan

Saviez-vous que ? La perle scandinave 1

Petites anecdotes, détails et histoires sur mes romans et leurs origines.

laperlescandinavec1_

L’idée du roman de la perle scandinave fut en fait inspirée de mon premier mariage. Une histoire digne d’un film d’espionnage. L’idée qu’on puisse passer plusieurs années avec quelqu’un sans vraiment connaître cette personne. En découvrant un jour que tout ce que vous savez sur elle n’est qu’un énorme mensonge, une illusion crée dans un but précis. Imaginer une rupture, un divorce, et découvrir que vous êtes un parmi tant d’autres ? Que tous ont subi la même chose, dans le même ordre, de la même manière ?

Nos romans sont parfois très personnels, c’est le cas de la perle scandinave.

Pour faire l’achat !

Saviez-vous que ? Sirène 1

Petites anecdotes, détails et histoires sur mes romans et leurs origines.

01.jpg

Un des personnages de la petite sirène fait partie de la culture et de l’imaginaire américain depuis un bon bout de temps déjà. Henry, le garçon homard, s’inspire d’un homme qui a vraiment existé. Son vrai nom : Grady Stiles Jr. Grady est issue d’une famille dont tous les membres ont des caractéristiques physiques similaires. Ils sont atteints d’ectrodactylie. Une maladie génétique rare qui se signale par une absence d’un ou plusieurs orteils et/ou de doigts de la main, formant pour la main une pince, dite « pince de crabe », ou « pince de homard ».

Pas besoin de préciser que ces pauvres bougres se retrouvèrent dans les « Freak Shows » et cirques ambulants en tant qu’attractions.

Depuis mon jeune âge, ce personnage me fascinait. Il était donc juste naturel qu’il se retrouve dans un de mes romans. On peut d’ailleurs le voir dans plusieurs films et le rencontrer dans des séries ou livres tirés de la culture américaine.

Voici un lien sur Grady en français :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Grady_Stiles_Jr

Saviez-vous que ? Flûte 1

Petites anecdotes, détails et histoires sur mes romans et leurs origines.

C1 - Les contes interdits - Le joueur de flûte de Hamelin - final

J’ai vécu au Maine durant quelques années. Dans une sorte d’auberge comme celle décrite dans le roman. En fait, cette résidence dans laquelle on pouvait louer des chambres à l’année fut en partie l’inspiration de ce roman et se retrouve aussi dans certaines autres œuvres à venir ou déjà publiées.

C’est aussi sur cette plage du Maine où j’ai vu un homme, en plein hiver, s’élancer dans l’eau pour nager vers le large, l’océan, et y mourir noyé. Les secouristes en bateau devaient se relayer en habit de plongée afin de repêcher le corps. L’un des secouristes fut lui-même évacué parce qu’il souffrait l’hypothermie.

Le Joueur de flûte de Hamelin

billows-1200x407-1.jpg

Billow house – Ocean Park, Maine

Saviez-vous que ? Kiev 1

Petites anecdotes, détails et histoires sur mes romans et leurs origines.

C1 - Le monstre de Kiev

Le Monstre de Kiev.

L’idée de départ du roman vient d’une simple séance de grattage dans le dos. Avez-vous déjà reçu un grattage particulièrement intense qui vous fait baver de plaisir ? Qui vous fait plonger dans un état second ?

Moi oui ! De là mon idée de cette créature aux mains « magiques » capable de provoquer le voyage.